Aly Touré (Procureur Spécial CRIEF) : « rien n’est vrai dans tout ce que les gens sont en train de raconter. C’est très très loin de la vérité » (Interview)

Dans une interview exclusive qu’il a accordée au Directeur de Publication de Mosaiqueguinee.com, le Procureur Spécial de la CRIEF rejette d’un revers de main les accusations portant sur la saisie de ses passeports et l’information selon laquelle il serait interdit de sortir du territoire. Aly Touré, puisque c’est de lui qu’il s’agit explique dans cet entretien les raisons qui motivent son appel contre l’ordonnance de mise en liberté assortie de contrôle judiciaire et dépôt d’un cautionnement de Dr Ibrahima Kassory Fofana. Toutefois, le chef du parquet de la CRIEF précise n’avoir pas été informé d’une demande de mise en liberté de Amadou Damaro Camara, ancien président de l’assemblée nationale pour raisons de santé. L’empereur des poursuites de la cour de répression des infractions économiques et financières n’a pas non plus souhaité communiquer, du moins pour l’instant sur les sept (7) dossiers classés sans suite par la CRIEF. Aly Touré répond aux questions de Mohamed Bangoura

Bonjour Aly Touré ? On apprend que vos passeports auraient été saisis et que vous êtes interdits de sortir du territoire national. Qu’en est-il concrètement ?
Le week-end, je suis chez moi. Vous dîtes qu’on raconte qu’on a saisi mes passeports ? Moi, j’ai mes passeports dans mon sac (Rires)

Ça se raconte que vous avez été humilié par le président de la transition Colonel Mamadi Doumbouya en début de week-end ?
Quel jour ? (La nuit dernière), Eh bon Dieu, non, ce n’est pas possible. Ils affabulent. Rien n’est vrai dans tout ce qu’ils sont en train de dire. C’est très très loin de la vérité.

Le procureur spécial de la CRIEF a relevé appel contre l’ordonnance de mise en liberté assortie de contrôle judiciaire et dépôt d’un cautionnement de Dr Ibrahima Kassory Fofana. Pourquoi vous vous opposez à la mise en liberté de l’ancien premier ministre ?
Il y a des investigations en cours et il y a beaucoup de choses à faire. Je me dis que sa liberté n’est pas opportune actuellement. C’est le vendredi dernier à 16h qu’on m’a notifié la décision et j’ai immédiatement relevé appel.

Quelle sera la suite ?
Il (Kassory) va rester en prison. On va aller devant la chambre spéciale de l’instruction de la CRIEF.

Aly Touré, qu’est-ce qui motive votre décision de faire appel contre l’ordonnance de la chambre de l’instruction de la CRIEF ?
Il y a un premier pourvoi qui est pendant devant la cour suprême sur la liberté. Je me dis que le juge devait attendre parce qu’il y a l’instance suprême qui est saisie de cette question. Quelle va être la valeur juridique de la décision de la cour suprême si eux (les juges) ont déjà ordonné la liberté en instance. Ils ont fait une première demande de libération, le juge a ordonné, moi j’ai relevé appel, la chambre spéciale a infirmé leur ordonnance et a maintenu Kassory en détention. Ils se sont pourvus en cassation, la cour suprême n’a pas encore décidé, ils introduisent une autre demande ; c’est normal, la loi leur permet mais les juges devraient avoir le flair de dire vous avez déjà une instance en suspens devant la cour suprême qui est l’instance supérieure du pays, nous ne pouvons pas dédire cette cour-là. Attendez qu’elle décide, mais ils ont encore ordonné sa liberté, moi je dis que ce n’est pas normal.

A la lecture de la nouvelle ordonnance de mise en liberté, les juges estiment qu’« à ce stade de la procédure une détention provisoire ne saurait être ordonnée au motif de conservation de preuve et indices matériels à la manifestation de la vérité ». Que répondez-vous ?
Ça c’est la position des juges. Ma décision de relevé appel s’explique par deux motifs en réalité : le premier motif, moi je pense qu’il y a encore des investigations à faire et que ça ne peut pas se faire s’il est encore en liberté et la cour suprême doit se prononcer sur sa liberté. La cour suprême n’a rien dit d’abord et c’est eux qui sont allés devant la cour suprême pour leur dire que cette décision n’est pas bonne, il faut la casser, pourquoi ils viennent encore devant les juges pour la même chose ?

Amadou Damaro Camara, l’ancien président de l’assemblée nationale est malade, sa santé s’est fortement détériorée en détention préventive. Ses avocats vous ont-ils saisi pour sa mise en liberté afin qu’il puisse se soigner ?
Je n’ai pas encore vu cet écrit. Je n’ai pas été saisi, du moins pour l’instant.

Lors de votre dernière conférence, vous avez annoncé le classement sans suite de sept (7) dossiers. Est-ce le cas de Folla Mansaré, l’ancienne DAF du ministère de l’enseignement technique et de la formation professionnelle sous le magistère de Zenab Nabaya ?
Non, le dossier Folla, c’est devant la chambre de l’instruction de la CRIEF. C’est dans la même affaire que Zenab Nabaya Dramé. Les gens spéculent pour peut-être savoir ce qu’il en est. Nous avons décidé pour l’instant de ne pas communiquer sur les dossiers classés sans suite pour des raisons stratégiques. Au moment opportun, nous allons le faire.

Monsieur le Procureur Spécial, Merci

Guineesouverain avec Mosaiqueguinee

Ajouter un commentaire

Nous vous prions d'être courtois.
N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
Pas de messages répétitifs, ou de hors sujets.
Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée, sexuel ou en violation avec la loi. Ces messages seront supprimés.
Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire gratuit.
Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.

Auteur

×