Coyah : un malade fend la tête d’un marabout et prend la fuite

C’est un acte horrible qui s’est produit ce lundi, 13 février 2023 à Batouyah dans la commune urbaine de Coyah. Aboubacar Chérif Traoré, c’est le nom de la victime qui a été assassiné par un jeune après lui avoir demandé un service de produits sans suite.
Seydouba Camara Chef de quartier Batouyah, revient sur comment il reçu la nouvelle.

«Hier lundi vers 12h, j’étais en ville, j’ai reçu un coup de téléphone de mon chef secteur me demandant de venir vite, qu’il y a eu un incident. Il m’a dit que c’est un individu qui est venu assassiner M. Cherif à son domicile. Automatiquement, moi aussi j’ai informé la police, la gendarmerie, et nous sommes venus trouver effectivement ce que mon chef secteur m’a dit, c’est vrai», indique ce responsable.

Ayant vécu la scène cruelle qui a coûté la vie à son père, le fils du défunt relate les circonstances dans lesquelles Aboubacar Chérif est mort: «Le jeune en question a l’habitude de venir ici. Donc, hier à son arrivée, nous étions assis ici à la véranda, il nous a salués et est rentré dans la chambre. Entre temps, mon papa était là-bas avec une autre personne. Après cette dernière est sortie les laisser dedans sans pourtant imaginer qu’il allait faire ça. Quelques temps après, il a demandé à mon père de lui trouver un produit contre ses maux de tête, mon papa lui a dit qu’il n’a pas ce produit. Maintenant, il a sorti une machette dans son sac, dès que mon père a vu ça, il a pris la fuite il est venu tomber aux escaliers. C’est là qu’il est (le meurtrier) venu lui fendre la tête, je me suis jeté sur lui toujours pour l’anéantir. Mais comme il m’a blessé à la main, c’est là que j’ai appelé au secours, avant que ces derniers ne viennent, il avait escaladé le mur pour s’en fuir», raconte Saly Traoré.

Inconsolable, Houlaymatou Bah n’en croit toujours pas à la mort subite de son époux: «Je lui ai trouvé à la véranda après mon retour de la cérémonie, nous avons échangé un peu, et je suis rentrée me reposer, c’est là que le sommeil m’a emportée. Ce sont les cris de l’enfant qui luttait avec le jeune qui m’ont réveillée. Je suis sortie, j’ai aperçu mon mari allongé sa tête fendu et le sang coulait sur lui, on l’a pris pour l’emmener à l’hôpital, mais malheureusement à notre arrivée, les médecins nous disent qu’il était déjà trop tard», explique Houlaymatou Bah en larmes

Salon les informations confiées à notre rédaction, la victime est âgée de 80 ans, marié à trois femmes et est père de 12 enfants. À l’heure où nous mettons cet article en ligne, le bourreau n’est pas encore mis aux arrêts par les services de sécurité et son identité reste pour le moment inconnue.

guineesouverain.com

Ajouter un commentaire

Nous vous prions d'être courtois.
N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
Pas de messages répétitifs, ou de hors sujets.
Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée, sexuel ou en violation avec la loi. Ces messages seront supprimés.
Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire gratuit.
Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.

Auteur

×