une femme ouvertement transgenre sera exécutée

Pour la première fois aux États-Unis, une femme ouvertement transgenre sera exécutée

Amber McLaughlin doit être exécutée mardi, devenant ainsi la première femme transgenre à subir la peine de mort aux États-Unis, si le gouverneur du Missouri, le républicain Mike Parsons, ne l’en empêche pas.

M. McLaughlin a toujours été condamné sous le nom de Scott McLaughlin pour le viol et le meurtre d’une femme, Beverly Guenther, en 2003, mais il a officiellement demandé la clémence du gouverneur Parsons au motif qu’elle souffre de lésions cérébrales et d’un traumatisme d’enfance. Si Parsons n’intervient pas, McLaughlin sera exécuté par injection létale, rapporte CNN.

« L’enquête a reconnu le remords sincère de Mme McLaughlin, tout comme chacun des experts qui l’ont évaluée au cours des années qui ont suivi le procès », indique la pétition adressée au gouverneur.

McLaughlin a été « sainement diagnostiqué avec une déficience intellectuelle limite » et a été « universellement diagnostiqué avec des lésions cérébrales ainsi qu’un syndrome d’alcoolisme fœtal ».

Le centre d’information sur la peine de mort (Death Penalty Information Center), qui s’oppose à la peine capitale, a noté que McLaughlin « est la première personne transgenre à se voir attribuer une date d’exécution aux États-Unis ».

Il a également souligné que le jury n’a pas approuvé la peine de mort à l’unanimité, une circonstance requise dans la grande majorité des États qui exécutent des prisonniers. « La loi du Missouri considère qu’un jury non unanime est un jury dans l’impasse, donc une règle a été utilisée qui permet au juge d’imposer une sentence de lui-même », soulignent-ils, tout en rappelant que « le juge s’est appuyé sur des circonstances aggravantes rejetées par le jury pour condamner McLaughlin à mort ».

De nombreuses personnalités politiques et de la société civile ont demandé l’annulation de l’exécution de Mme McLaughlin, rappelant qu’elle a été abandonnée par sa mère, agressée de manière récurrente par son père adoptif et protagoniste de « multiples tentatives de suicide ».

McLaughlin n’a entamé aucune procédure légale pour changer son nom ou entamer un transit physique, elle reste donc au centre correctionnel de Potosi, près de Saint-Louis, un établissement exclusivement masculin.

EUROPA PRESS

Ajouter un commentaire

Nous vous prions d'être courtois.
N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
Pas de messages répétitifs, ou de hors sujets.
Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée, sexuel ou en violation avec la loi. Ces messages seront supprimés.
Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire gratuit.
Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.

Auteur

×