Situation des enseignants contractuels: Le FFSG en fait son bâton de pèlerin

C’est sous le slogan comme “Mon école, ma vie, mon école, ma dignité” que le Forum des Forces sociales de Guinée est intervenu devant les hommes de médias à la Minière sis Dixinn. Cette sortie s’inscrit dans le cadre du soutien aux enseignants contractuels vivants à l’intérieur du pays qui tirent le diable par la queue pour pouvoir joindre les deux bouts.

Fondant ses analyses sur la devise de la Guinée, Cheick Abdoul Sacko estime que cette appellation ne répond plus aux attentes des populations.

«Aujourd’hui, la situation dans laquelle ils sont (enseignants contractuels), montre à suffisance que notre Devise, « Travail Justice Solidarité », n’a absolument aucun sens. Et surtout, lorsque des jeunes en majorité qui sont dans cette situation d’inefficacité de cette devise. Comment concevoir que les jeunes qui ont accepté malgré le maigre salaire, abandonner leurs familles, leurs loisirs, aller dans les villages avec 1 millions ? Que ces gens là soient abandonnés par la République toute l’année sans qu’on ne se lève. C’est comme si nous allons en reculant. Quand vous prenez, les préparations, les heures de cours, vous trouverez que ce sont des véritables soldats qu’on transforme aujourd’hui en mendiants. Quelle pire manière de traiter les travailleurs ? Où est la justice ?», s’interroge le coordinateur général des FFSG

Afin que les mots soient transformés en des actions, Ibrahima Balaya appelle à une synergie d’action: «Pour nous, il est assez important qu’on se mette vraiment ensemble parce que ce n’est pas un travail d’un seul individu, c’est le travail de tout bon Guinéen où qu’il soit. Parce si violez le droit des enseignants, vous fabriquez ce qu’on appelle la paupérisation, vous les mettez au bas de l’échelle de ce pays. Et donc, ce qui n’est pas normal. Aujourd’hui, nous avons une vingtaine de milles d’enseignants qui ne savent plus à saint se vouer », déclare le responsable de communication du forum des Forces sociales de Guinée.

«S’ils se laissent berner par les primes que le gouvernement leur donne pendant ces examens, ils n’auront les yeux que pour pleurer», a laissé entendre Cheick Abdoul Sacko

Saliou Benjamin Camara pour Guineesouverain.com
622 32 82 84

Ajouter un commentaire

Avis, témoignages et commentaires sont les bienvenues. Cette page est pour vous.
Nous vous prions d'être courtois.
N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
Pas de messages répétitifs, ou de hors sujets.
Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée, sexuel ou en violation avec la loi. Ces messages seront supprimés.
Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire gratuit.
Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.

Auteur

×