le corps d'un militant LGBT retrouvé dans une boîte métallique

Kenya : le corps d’un militant LGBT retrouvé dans une boîte métallique

La police kenyane enquête sur la mort d’un militant LGBTQ dont le corps a été retrouvé fourré dans une boîte métallique, alors que des groupes de défense des droits de l’homme ont dénoncé vendredi ce meurtre.

Le corps d’Edwin Chiloba a été retrouvé mercredi sur une route du comté de Uasin Gishu, dans l’ouest du pays.

Selon la police, un conducteur de moto-taxi a déclaré avoir vu la boîte être jetée par un véhicule sans plaque d’immatriculation.

Le conducteur a signalé l’incident aux policiers qui tenaient un barrage routier à proximité.

Les agents qui ont ouvert la boîte ont trouvé le corps en décomposition d’un homme, qu’ils ont décrit comme portant des vêtements de femme.

La personne décédée a été identifiée comme étant Edwin Chiloba et son corps a été transporté au Moi Teaching and Referral Hospital pour établir la cause du décès.

La porte-parole de la police, Resila Onyango, a déclaré que le motif n’était pas encore connu. « Nous ne savons pas pour l’instant pourquoi il a été tué de cette façon. Des experts s’occupent de l’affaire », a-t-elle déclaré.

Edwin Chiloba a déjà été attaqué et agressé par le passé en raison de son activisme, comme l’a indiqué son ami Denis Nzioka sur Twitter jeudi. La Commission kényane des droits de l’homme a déclaré vendredi que Chiloba avait été victime d’un « nouvel acte répugnant de violence homophobe ».

« Tous les jours, les droits des personnes LGBTQ+ sont violés sans vrai conséquence pour les auteurs », a-t-elle dénoncé, exhortant la police « à mener de rapides investigations et faire en sorte que les tueurs soient appréhendés et poursuivis ».

La secrétaire générale d’Amnesty International, Agnès Callamard, a déclaré sur Twitter qu’une enquête complète et indépendante sur le meurtre « déchirant » de Chiloba devait être menée, « en ne négligeant aucune piste. »

Chiloba, qui était créateur de mode, a reçu l’éloge funèbre de la militante locale Njeri Migwi, qui a déclaré qu' »il incarnait la mode ».

Les appels à la justice se sont propagés hors du Kenya, l’organisation ghanéenne de défense des droits de l’homme Rightify ayant appelé le président William Ruto à « assurer la protection et la promotion des droits humains des minorités sexuelles et de genre. »

Le Forum féministe LGBTQ, dans l’ouest du Kenya, où vivait Edwin Chiloba, a souligné que le designer avait utilisé « la mode pour déconstruire le genre et promouvoir les droits de la communauté marginalisée ».

« Nous voulons savoir, en tant que communauté, ce qui est arrivé à Edwin, pourquoi il a été assassiné et qui a déposé son corps sur les lieux », a indiqué la directrice des programmes du groupe, Becky Mududa.

Les personnes LGBTQ vivant au Kenya ont souvent décrié la discrimination et les attaques dans un pays où les relations sexuelles entre hommes sont illégales. En avril l’an dernier, un autre militant LGBTQ avait été retrouvé assassiné au Kenya.

Le Kenya est une société largement conservatrice, et le président a déclaré par le passé que les droits des homosexuels n’étaient pas un problème dans ce pays d’Afrique de l’Est.

AFP

Ajouter un commentaire

Nous vous prions d'être courtois.
N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
Pas de messages répétitifs, ou de hors sujets.
Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée, sexuel ou en violation avec la loi. Ces messages seront supprimés.
Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire gratuit.
Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.

Auteur

×