Manifestations meurtrières aux Tchad : un journaliste tué par balle ce jeudi

De violents heurts ont eu lieu à Ndjamena et dans plusieurs autres villes du Tchad, ce jeudi 20 octobre, entre les forces de l’ordre et des manifestants opposés à la prolongation de la période de transition. Le chef du gouvernement a décrété un couvre-feu dans quatre villes jusqu’au « rétablissement total de l’ordre », alors que le bilan humain est très lourd. M. Kebzabo a également annoncé la suspension de toute activité d’importants groupes d’opposition.

Un jeune journaliste tué

Le gouvernement affirme que les forces de l’ordre n’ont fait que riposter et se défendre. La police a été déployée, mais aussi l’armée. Dans le neuvième arrondissement, en plus des forces de l’ordre, des hommes en civil à bord de voitures teintées ont été aperçus tirant sur des manifestants.

L’heure est encore à la recherche des corps, constate notre correspondant à Ndjamena. Dans l’après-midi, les blessés étaient acheminés dans les centres de santé sous très haute surveillance ; à l’hôpital de l’Union, par exemple, où l’on dénombrait au moins sept cadavres. Des familles, venues chercher les leurs, ont été gazées.

Un journaliste a pu, lui, compter au moins 18 cadavres à la morgue de l’hôpital général de référence national. Parmi les morts de ce jour, on déplore la présence d’un jeune journaliste, Oredjé Narcisse.

Ajouter un commentaire

Nous vous prions d'être courtois.
N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
Pas de messages répétitifs, ou de hors sujets.
Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée, sexuel ou en violation avec la loi. Ces messages seront supprimés.
Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire gratuit.
Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.

Auteur

×