Joe Biden en Egypte pour participer aux négociations sur le climat

Le président américain Joe Biden est arrivé vendredi en Égypte pour participer aux négociations des Nations unies sur le climat, fort d’importantes réalisations nationales contre le réchauffement de la planète, mais pressé de faire davantage pour les pays victimes de catastrophes naturelles.

M. Biden ne passera que quelques heures à la COP27 à Charm el-Cheikh, trois jours après les élections américaines de mi-mandat qui ont soulevé des questions sur ce que le résultat pourrait signifier pour la politique climatique américaine.

L’action en faveur du climat aux États-Unis, deuxième émetteur mondial, a reçu un coup de fouet cette année lorsque le Congrès a adopté une loi historique sur les dépenses, la loi sur la réduction de l’inflation, qui prévoit 369 milliards de dollars pour les énergies propres et les initiatives climatiques.

« Nous vivons une décennie décisive, au cours de laquelle nous avons l’occasion de faire nos preuves et de faire progresser la lutte contre le changement climatique », a déclaré M. Biden sur Twitter, quelques heures avant qu’Air Force One ne survole le lieu de la conférence dans la station balnéaire de la mer Rouge.

« Que ce soit un moment où nous répondons à l’appel de l’histoire. Ensemble », a ajouté le dirigeant américain, qui n’a pas participé à un sommet de deux jours réunissant une centaine de dirigeants mondiaux à la COP27 en début de semaine, qui a coïncidé avec les élections américaines.

Une nouvelle étude montre à quel point il sera difficile d’atteindre l’objectif de limiter le réchauffement de la planète à 1,5 degré Celsius au-dessus des niveaux préindustriels, ce qui implique de réduire les émissions de près de moitié d’ici à 2030.

La nouvelle étude, publiée vendredi dans la revue Earth System Science Data, montre que les émissions de CO2 provenant des combustibles fossiles sont en passe d’augmenter de 1 % en 2022 pour atteindre un niveau record.

Les pourparlers de la COP27 ont été dominés par la nécessité pour les riches pollueurs de cesser d’hésiter à aider les pays en développement à rendre leurs économies plus vertes et à se préparer aux impacts futurs, ainsi que par des appels à fournir une aide financière pour les dommages catastrophiques déjà visibles.
Les républicains climato-sceptiques

« Le monde a besoin que les États-Unis soient un leader climatique dans notre combat pour la justice climatique », a déclaré à l’AFP Vanessa Nakate, éminente militante ougandaise pour le climat et ambassadrice de bonne volonté de l’UNICEF, âgée de 25 ans.

L’envoyée de l’Allemagne pour le climat, Jennifer Morgan, a déclaré aux journalistes que la présence de Biden à la COP27 était un « très bon signe » qui rassure les autres pays sur le fait que « les États-Unis, au plus haut niveau, prennent cette question incroyablement au sérieux ».

Le conseiller à la sécurité nationale de la Maison Blanche, Jake Sullivan, a déclaré que M. Biden « soulignera la nécessité d’aller plus loin, plus vite, pour aider les communautés les plus vulnérables à renforcer leur résilience » et incitera les grandes économies à réduire « considérablement » leurs émissions.

L’envoyé américain pour le climat, John Kerry, a présenté cette semaine un partenariat public-privé visant à soutenir la transition vers les énergies renouvelables dans les pays en développement et basé sur un système de crédits carbone.

Mais le plan a été critiqué par les activistes qui se méfient des entreprises qui utilisent ces crédits pour « compenser » leurs émissions de carbone.

La Maison Blanche a annoncé vendredi son intention d’exiger des entrepreneurs fédéraux qu’ils fixent des objectifs de réduction de leurs émissions conformément à l’accord de Paris.

Elle entend également intensifier les efforts visant à réduire les émissions de méthane – un facteur important du réchauffement climatique – grâce à un « programme de réponse aux superémetteurs » qui obligerait les entreprises à réagir aux fuites signalées par des tiers « crédibles ».

M. Biden s’est également engagé à contribuer à hauteur de 11,4 milliards de dollars à un programme de 100 milliards de dollars par an grâce auquel les pays riches aideront les pays en développement à passer aux énergies renouvelables et à renforcer leur résistance au changement climatique. Mais les démocrates n’ont peut-être plus beaucoup de temps pour honorer cet engagement, car le contrôle de la Chambre des représentants semble sur le point de passer aux mains des républicains à partir de janvier, à la suite des élections de mi-mandat qui ont eu lieu cette semaine.

« Nous allons faire pression pour que les projets de loi de crédits soient adoptés », a déclaré la députée américaine Kathy Castor, qui préside la commission sur la crise climatique à la Chambre.
Pertes et dommages

Les pays en développement se tourneront vers les États-Unis pour obtenir leur soutien à la création d’un fonds « pertes et dommages » par lequel les riches pollueurs les dédommageraient pour les destructions dues aux catastrophes climatiques.

Washington a précédemment résisté à cette idée, mais a accepté d’en discuter lors de la COP27.

M. Biden profitera également de son voyage pour rencontrer le président égyptien Abdel Fattah al-Sisi et discuter de la situation des droits de l’homme dans le pays, où le cas du dissident emprisonné Alaa Abdel Fattah a été évoqué par d’autres dirigeants en début de semaine.

Avant son voyage, la Maison Blanche a exprimé sa « profonde inquiétude » pour le militant égypto-britannique en grève de la faim.

Après la COP27, M. Biden se rendra à un sommet régional de l’ANASE au Cambodge ce week-end, avant de se rendre en Indonésie pour les négociations du G20.

Il aura peut-être l’occasion de relancer la coopération avec la Chine lorsqu’il rencontrera le président Xi Jinping au G20, après que Pékin a interrompu les négociations sur le climat avec Washington en raison de la visite de la présidente de la Chambre des représentants Nancy Pelosi à Taïwan en août.

Africanews

Ajouter un commentaire

Nous vous prions d'être courtois.
N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
Pas de messages répétitifs, ou de hors sujets.
Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée, sexuel ou en violation avec la loi. Ces messages seront supprimés.
Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire gratuit.
Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.

Auteur

×