le groupe Wagner d'ingérence et de "pillage" en Afrique

L’Occident accuse le groupe Wagner d’ingérence et de « pillage » en Afrique

Les États-Unis (USA) ont accusé mardi des paramilitaires russes soutenus par le Kremlin de s’ingérer dans les affaires intérieures des pays africains et « d’accroître la probabilité que l’extrémisme violent se développe » dans la région du Sahel, qui fait face à une augmentation des attaques et à une détérioration de la sécurité – une allégation que la Russie a démentie.

L’ambassadeur adjoint des USA, Richard Mills, s’en est pris au Groupe Wagner lors d’une réunion du Conseil de sécurité de l’ONU consacrée à l’Afrique de l’Ouest et au Sahel, accusant les forces paramilitaires de ne pas faire face à la menace extrémiste, de dépouiller les pays de leurs ressources, de commettre des violations des droits de l’Homme et de mettre en danger la sécurité des soldats de la paix et du personnel de l’ONU.

Le conseiller politique français Isis Jaraud-Darnault a fait écho à Mills, en déclarant que « le modèle » utilisé par les mercenaires de Wagner s’est avéré « totalement inefficace dans la lutte contre le terrorisme ». Il a cité l’impact « infâme » et dévastateur de son travail et des violations des droits de l’Homme, notamment le meurtre présumé de plus de 30 civils au Mali, et le pillage des ressources naturelles.

L’ambassadeur adjoint de la Grande-Bretagne auprès des Nations unies, James Kariuki, a évoqué la détérioration de la sécurité, notamment au Mali, au Burkina Faso, au Nigeria et dans le bassin du lac Tchad, et la crainte d’une propagation de l’instabilité aux pays côtiers d’Afrique de l’Ouest. « Vous ne pouvez pas ignorer le rôle déstabilisateur que joue le Groupe Wagner dans la région. Ils font partie du problème, pas de la solution », a-t-il déclaré au Conseil.
Accord bilatéral

L’ambassadrice adjointe de la Russie auprès des Nations unies, Anna Evstigneeva, a rejeté les tentatives « de dénigrer l’aide russe au Mali », où Moscou a conclu un accord bilatéral pour aider le gouvernement de transition, « et dans d’autres pays d’Afrique ».

« Certains pays ont une fois de plus déclaré aujourd’hui que la Russie pille apparemment les ressources de l’Afrique et facilite la croissance de la menace terroriste », a-t-elle déclaré, accusant ces nations non nommées de faire la même chose « dans le monde entier et en Afrique », notamment en Libye voisine, qui a déstabilisé toute la région.

« Les accusations contre la Russie sont tout simplement étonnantes, compte tenu du bon sens » et nuisent aux dirigeants africains qui tentent de résoudre leurs propres problèmes et de décider avec qui ils veulent coopérer, a-t-elle déclaré.

Mme Evstigneeva n’a jamais mentionné le Groupe Wagner par son nom. Un confident du président russe Vladimir Poutine, Yevgeny Prigozhin, dirige le groupe dont les mercenaires sont accusés par les pays occidentaux et les experts de l’ONU de nombreuses violations des droits de l’Homme dans toute l’Afrique, notamment en République centrafricaine, en Libye et au Mali.
Groupes armés

Giovanie Biha, directrice adjointe du bureau de l’ONU pour l’Afrique de l’Ouest et le Sahel, a déclaré au Conseil que « l’insécurité s’est à nouveau détériorée dans de grandes parties de la région », en raison des activités des groupes armés, des extrémistes violents et des réseaux criminels. En conséquence, a-t-elle dit, plus de 10 000 écoles à travers le Sahel ont fermé, laissant des millions d’enfants sans éducation, et près de 7 000 centres de santé ont été fermés.

Les groupes armés se battent pour la suprématie et le contrôle des ressources, a-t-elle déclaré, et le centre du Sahel est confronté à « des niveaux sans précédent de sécurité et de défis humanitaires, d’instabilité sociopolitique, encore aggravée par l’impact du changement climatique, et d’insécurité alimentaire qui a été exacerbée par le conflit en Ukraine ». Elle a ajouté que les attaques croissantes dans les pays situés le long du golfe de Guinée menacent les artères de transport vers les pays enclavés plus au nord.

Selon le dernier rapport du Secrétaire général Antonio Guterres publié cette semaine, plus de 18,6 millions de personnes dans la région connaissent une « insécurité alimentaire grave », soit une augmentation de 5,6 millions depuis la fin juin 2022, le Burkina Faso, le Niger et le Nigeria étant les plus durement touchés. Et environ 6,3 millions de personnes sont déplacées à travers le Sahel, soit une augmentation de 300 000 depuis juin.
Crime organisé

Mme Evstigneeva, de la Russie, a déclaré que Moscou partageait les préoccupations relatives à l’augmentation du nombre de menaces terroristes dans la région, aux conflits interethniques et intercommunautaires en cours, au crime organisé, au trafic de drogue et à l’assassinat d’un grand nombre de civils par des combattants au cours du second semestre 2022.

Elle a souligné le retrait des forces antiterroristes françaises et de la force opérationnelle militaire européenne Takuba sous leur commandement le 30 juin, affirmant qu’il n’a pas été convenu avec le gouvernement de transition du Mali et qu’il a « un impact négatif » sur la situation sécuritaire à court terme. « Néanmoins », a-t-elle dit, « il y a déjà des progrès » et la Russie fournit au Mali « une assistance appropriée ».
Crise sécuritaire

Richard Mills a déclaré que les USA sont profondément préoccupés par la crise sécuritaire, humanitaire et politique au Sahel qui entraîne _ »une augmentation spectaculaire de la force et de l’influence de l’extrémisme violent. »_Le problème nécessite « une solution de gouvernance démocratique », a-t-il ajouté. « Nous sommes également gravement préoccupés par le recul de la démocratie dans toute la région et nous demandons instamment le retour de gouvernements démocratiquement élus et dirigés par des civils. »

La dernière vague de coups d’État en Afrique de l’Ouest a débuté au Mali en 2020, suivie d’une autre en Guinée en 2021, puis du Burkina Faso en janvier 2022.

Omar Alieu Touray, président de la CEDEAO, a déclaré au conseil qu’il était heureux d’annoncer que les transitions vers des élections critiques dans les trois pays sont « en bonne voie », les votes devant avoir lieu dans les deux prochaines années.

AFP

Ajouter un commentaire

Nous vous prions d'être courtois.
N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
Pas de messages répétitifs, ou de hors sujets.
Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée, sexuel ou en violation avec la loi. Ces messages seront supprimés.
Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire gratuit.
Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.

Auteur

×