Le nombre de femmes et d'enfants qui migrent de la Corne de l'Afrique vers les pays du Golfe en passant par le Yéme

OIM : hausse préoccupante des migrations dans la Corne de l’Afrique

Le nombre de femmes et d’enfants qui migrent de la Corne de l’Afrique vers les pays du Golfe en passant par le Yémen a considérablement augmenté et constitue une source de préoccupation, selon le directeur de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM).

Le voyage périlleux de l’Éthiopie, de la Somalie et de Djibouti à travers le Yémen, appelé la route migratoire de l’Est, a connu une augmentation de 64% au cours de l’année dernière des personnes à la recherche de meilleurs moyens de subsistance, avec un plus grand nombre de femmes avec enfants et d’enfants voyageant seuls, a déclaré le directeur général de l’OIM, Antonio Vitorino, à l’Associated Press. Le changement climatique est l’un des moteurs de cette migration accrue, a-t-il ajouté.

Dans le passé, les femmes et les enfants renonçaient souvent au dangereux voyage à travers le désert, effectué le plus souvent à pied. Auparavant, les hommes laissaient leur famille derrière eux et faisaient le voyage dans l’espoir de trouver du travail et d’envoyer de l’argent à la maison.

« La pression augmente » à mesure que le nombre de migrants s’accroît, a déclaré M. Vitorino, qui était au Kenya pour le lancement d’un appel de 84 millions de dollars visant à aider plus d’un million de migrants empruntant la route du Yémen.

Les migrants désespérés sont vulnérables aux gangs criminels le long de la route et ont besoin de protection contre le viol, la violence, les trafiquants et les passeurs, a-t-il ajouté.

Certains migrants ne sont pas conscients des dangers, notamment de la guerre au Yémen, et l’organisation des Nations unies chargée des migrations doit améliorer la sensibilisation à ces dangers, a-t-il ajouté.

Pour les migrants qui choisissent tout de même d’entreprendre le voyage, l’organisation devrait offrir des soins de santé de base et d’autres services et, dans certains cas, les renvoyer dans leur pays d’origine, a-t-il ajouté.

« L’année dernière, nous avons renvoyé volontairement 2 700 migrants en Éthiopie et, à leur arrivée, nous leur avons fourni une assistance pour les aider à retourner dans leur région d’origine », a déclaré M. Vitorino.

La migration de personnes d’Afrique de l’Ouest vers l’Europe via la Libye est également en hausse et le sort de ces migrants, en particulier ceux détenus en Libye, est une préoccupation mondiale, a-t-il déclaré.

« Nous savons où se trouvent les centres de détention officiels et nous y avons accès, pas de manière permanente, jamais seuls, mais sous la surveillance de gardes de sécurité. Mais nous avons accès pour fournir une assistance », a déclaré M. Vitorino.

Mais l’organisation des Nations unies n’a pas accès aux centres de détention non officiels, qui sont particulièrement inquiétants, a-t-il ajouté. Des abus ont été largement signalés dans les centres de détention officiels et non officiels. L’instabilité politique de la Libye rend difficile la coopération politique nécessaire au démantèlement des centres de détention non officiels, a-t-il ajouté.

L’OIM s’efforce de faire participer davantage de migrants aux programmes de retour volontaire afin de réduire le nombre de ceux qui sont en détention, a-t-il ajouté. C’est difficile car le nombre de migrants qui veulent rentrer est beaucoup plus élevé que les vols disponibles depuis la Libye, a-t-il ajouté.

M. Vitorino a déclaré qu’il espérait que les facteurs à l’origine de l’augmentation des migrations, tels que le changement climatique et les conflits, pourraient être traités afin de réduire le nombre de personnes qui quittent leur foyer.

Il a insisté sur la nécessité pour les migrants de suivre des voies de migration légales, ajoutant que, bien que le processus soit compliqué et lourd, il ne peut être comparé aux conditions de vie en danger le long des routes illégales.

AFP

Ajouter un commentaire

Nous vous prions d'être courtois.
N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
Pas de messages répétitifs, ou de hors sujets.
Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée, sexuel ou en violation avec la loi. Ces messages seront supprimés.
Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire gratuit.
Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.

Auteur

×