Zelensky prend la parole à Bruxelles

Zelensky prend la parole à Bruxelles pour demander non pas des armes, mais quelque chose de bien plus précieux pour l’Ukraine : l’adhésion à l’UE

Volodymyr Zelensky a prouvé une fois de plus à quel point il est bon, aussi bien en tant qu’acteur qu’en tant que politicien (bien que les deux aillent souvent de pair). Devant un Parlement européen plein à craquer, cette fois-ci, il n’a pas plaidé pour plus d’armes, mais pour un trésor bien plus précieux : l’adhésion à l’UE. L’Union a fait des promesses coûteuses à ce sujet via la présidente de la Commission, Ursula von der Leyen, au début de la guerre, mais entre-temps, elle tente repousser quelque peu cette question. Ce n’est pas illogique, car sur de nombreux fronts, l’Ukraine n’est pas prête à rejoindre l’UE. Mais Zelensky est venu raviver la flamme. « Le mode de vie européen est le mode de vie ukrainien. C’est notre chemin, notre retour à la maison », a déclaré Zelensky dans son style bien connu. Il est désormais impossible pour l’UE de se détourner, elle aussi.

Dans l’actualité : En fait, pas une nouvelle, car tout le monde s’y attendait : une ovation prolongée et très forte pour Zelensky au Parlement européen.

Les détails : « L’Ukraine appartient à l’Union européenne », tel était le message du président ukrainien au cœur de l’UE. En d’autres termes, « UE, tenez vos promesses ».

Changement d’air, et donc changement de garde-robe : pas de pull vert kaki classique, son habit de combat qu’il a porté presque continuellement depuis un an. Même lorsqu’il recevait des chefs d’État étrangers, ou lors de sa visite à Washington D.C. ou de sa rencontre avec le Premier ministre britannique, Rishi Sunak, hier, Zelensky portait sa tenue de combat ; aujourd’hui, un pull noir suffit.
A juste titre, donc, car le message de ce matin s’est aussi fortement écarté de ses lignes classiques, qu’il a répétées hier à Londres et à Paris : il y a plaidé, presque supplié, pour plus de chars, de missiles à longue portée et, bien sûr, d’avions de combat occidentaux modernes.
Rien de tout cela à Bruxelles : « C’est notre Europe, ce sont nos lois, c’est notre mode de vie. Pour l’Ukraine, c’est un moyen de rentrer chez soi », a déclaré Zelensky. Il a remercié l’Union pour son soutien, tout en la mettant en garde contre l’agresseur russe. « Suivant la volonté des Ukrainiens, ils veulent détruire le mode de vie européen », a suggéré le président. « Nous nous défendons, mais nous vous défendons aussi ».

Le fait que l’adhésion de l’Ukraine à l’UE devienne de plus en plus une réalité est un fait politique. Avant la guerre, cela semblait une pure fiction, ou un rêve lointain à Kiev. Mais dès le début du conflit, la Commission, avec la présidente Ursula von der Leyen en tête, a ouvert de manière plutôt impulsive la porte à une procédure d’adhésion, les choses semblent désormais devenir de plus en plus sérieuses.
Pas plus tard que la semaine dernière, la moitié de la Commission européenne s’est à nouveau rendue à Kiev : c’est déjà la quatrième fois pour la présidente de la Commission. Elle y a souligné que les procédures d’adhésion se déroulent, guerre ou pas. Mais Zelensky est conscient que la Commission n’est pas la seule à devoir être de son côté : les États membres et le Parlement européen peuvent également lui mettre des bâtons dans les roues.

Dans les couloirs du Parlement européen : Zelensky achève une véritable tournée européenne. En fait, Bruxelles n’est arrivée qu’en dernière position.

À 10 heures ce matin, le Premier ministre belge Alexander De Croo (Open Vld) a accueilli le président ukrainien, qui est arrivé sur la base aérienne militaire de Melsbroek. Au même moment, Charles Michel, le président du Conseil européen et la présidente de la Commission von der Leyen se trouvaient, eux aussi, sur la piste : tout le monde devait et allait être là.
C’est clair : tout le monde veut un morceau de Zelensky aujourd’hui. Mais l’inverse est aussi vrai : Zelensky veut également voir autant de personnes que possible, répétant à chaque fois ses demandes de soutien, d’argent et d’armes. Cette situation, combinée à la « bulle bruxelloise » déjà chaotique, fait d’aujourd’hui une sorte de chasse à l’homme, dans un immense brouhaha.
Parce que Zelensky participe aussi à une session du Conseil européen des chefs de gouvernement aujourd’hui. En marge de la réunion, presque tous les premiers ministres et présidents souhaitent alors un contact bilatéral. Une rencontre entre De Croo et le président ukrainien serait également prévue, en fonction des agendas.
Le Parlement européen a toutefois irrité les Ukrainiens, car quelques jours plus tôt, une fuite annonçait la venue de Zelensky. La source n’était autre que la présidente du Parlement européen, Roberta Metsola : son propre Parti populaire européen a envoyé des tweets triomphants, qui ont ensuite dû être supprimés.
Ce n’est pas du tout comme ça que les Ukrainiens l’entendaient : ils préfèrent garder les voyages secrets jusqu’à ce que les roues de l’avion touchent le sol, comme pour sa visite à Washington D.C. et son voyage au Royaume-Uni, hier.

La vue d’ensemble : L’Europe devra tenir ses promesses concernant l’adhésion de l’Ukraine, semble souligner Zelensky.

Le « tour d’Europe » de Zelensky sert à resserrer un peu plus les liens et, entre-temps, à inciter les États membres à faire davantage pour son pays. Le message était le même partout : la Russie ne doit pas gagner, et ne gagnera pas, cette guerre. Presque tous les dirigeants européens sont désormais d’accord : c’est aussi devenu « leur » guerre.
La grande question est de savoir dans quelle mesure cette adhésion à l’UE est réaliste. Depuis juin 2022, l’Ukraine est officiellement reconnue comme un pays candidat : cette étape est immense pour certains pays voisins, qui semblent devoir rester au purgatoire pour toujours. Plusieurs pays des Balkans, comme l’Albanie ou la Serbie, regardent donc avec suspicion le jeu politique et symbolique qui se joue autour de l’Ukraine.
Ce n’est donc pas une coïncidence si, ces dernières semaines, à l’approche de cette visite, l’Ukraine a été particulièrement sévère à l’égard de ses propres fonctionnaires corrompus et quelques-uns de ses ministres. La corruption massive en Ukraine a toujours été considérée comme le principal obstacle à l’adhésion à l’UE.
Pourtant, un tas de lois et d’objections pratiques restent en travers de la route : par exemple, qu’en est-il de la Moldavie, le petit voisin de l’Ukraine, coincé entre l’UE et son grand voisin en guerre ? Une enclave d’un pays non membre de l’UE parmi les autres n’est pas une situation idéale sur le plan géopolitique. Et qu’en est-il une république sécessionniste entre les deux, la Transnistrie, où les Russes mènent la barque ? L’UE devra prendre en compte ce genre de situation complexe tôt ou tard.

Guineesouverain avec businessam

Ajouter un commentaire

Nous vous prions d'être courtois.
N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
Pas de messages répétitifs, ou de hors sujets.
Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée, sexuel ou en violation avec la loi. Ces messages seront supprimés.
Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire gratuit.
Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.

Auteur

×